Cicéron et Suárez Les métamorphoses du droit naturel. Enjeux éthiques et politiques

Jean Paul Coujou

Resumen


Le débat que Suárez engage notamment avec Cicéron dans le De legibus sur le droit naturel est révélateur d’un enjeu éthique et politique entre les anciens et les modernes. Soit pour Cicéron, il faut attribuer au droit naturel un socle correspondant à un ordre universel indépendant de la volonté humaine; cela revient à établir une légitimité échappant à la liberté humaine. Soit pour Suárez, un tel fondement est anthropo-théologique, ce qui signifie qu’il renvoie au caractère universel de l’être de l’homme : la liberté et la raison.

Cette différence présente apparemment un point commun : la recherche de la voie permettant de vivre selon la rectitude aussi bien dans l’ordre moral que politique. Elle ne saurait masquer une divergence qui n’est pas sans conséquence sur la conception du mode d’être humain : pour Suárez, si le fondement du droit naturel échappe à l’homme, il demeure inconcevable indépendamment de l’universalité de l’humain manifestée par la raison et la liberté. Une voie est ainsi ouverte pour une théorie de la constitution de droits subjectifs.


Palabras clave


Droit naturel, Éthique, Ontologie, Raison, Liberté

Texto completo:

PDF

Enlaces de Referencia

  • Por el momento, no existen enlaces de referencia


ISSN 2591-426X